Activision Blizzard a dévoilé, le 12 février 2019, un chiffre d’affaires record de 6.62 milliards d’euros en 2018. Du jamais vu chez le géant américain. Paradoxalement, la firme américaine annonce le licenciement de 8% de ses salariés, soit 800 personnes,  c’est là que ça coince pour les fans et pour Internet.

 

Une année 2019 supposée difficile

Le licenciement de cette masse salariale a été principalement justifié par des projections financières nettement moins bonne sur 2019. Ces dernières seraient soumises au contrecoup de l’abandon de la franchise Destiny et l’absence de grosse sortie (Diablo 4) pour combler ce manque.

Bobby Kotick, le CEO actuel d’Activision Blizzard, déclare que des “changements hiérarchiques” sont nécessaires pour exploiter pleinement les “opportunités du marché”. A comprendre, donc, on va couper dans le lard les morceaux qui ne nous intéressent plus pour se concentrer sur ce qui rapporte de l’argent.

Preuve en est, l’annonce d’un renforcement à hauteur de 20% des équipes de développement.

 

Licenciement : indignation de la communauté

Il est assez difficile, et maladroit, de publier des chiffres records gargantuesques suivi d’une annonce de licenciement massif car l’air de rien, 8%, c’est quand même énorme. Les réactions indignés des fans ne se sont pas faits attendre et Blizzard a de nouveau baissé dans l’estime de ses aficionados de la première heure.

Sur le plan purement stratégique, nous pourrions comprendre cette volonté de transformation pour s’adapter au marché – sachant que les licenciés vont apparemment bénéficier d’aides pour se réinsérer professionnellement – mais pour les fans de la première heure ce genre de stratégie ne colle pas avec l’image du géant américain.

Habitués à une communication maitrisée de Blizzard et une attention tournée sur sa communauté, les internautes sont soumis à une série de couacs ou autres indignations vis-à-vis des décisions de la société ces derniers mois. Depuis la BlizzCon 2018, autant le dire, rien n’a su redorer l’image de la firme auprès de son public.

 

Une attitude préjudiciable ?

Chez The LAG, on se pose la question des répercussions à long terme de cette stratégie. On assiste, aujourd’hui, à une mutation claire de l’ADN Blizzard. Nous avons la sensation que la firme se tourne davantage vers la recherche d’opportunités de marchés que vers le contentement de sa base de fans.

Peut-on parler de préjudice à venir ? Oui et non. Le succès de Blizzard est né de son rapprochement constant avec sa communauté et c’est ainsi qu’ils se sont fait connaître. Modifier cet ADN pour devenir un autre gros éditeur de jeu vidéo américain peut différencié de ses camarades n’est pas nécessairement de bon goût.

Ce que les fans ont donné, les fans peuvent le reprendre et ils seraient dommages que les nouvelles têtes pensantes à la tête du groupe ne comprennent pas l’importance de la communauté. Blizzard n’est pas une entreprise comme les autres, du moins, dans la tête des joueurs.

Pour autant, les décisions d’Activision Blizzard suivent la loi du marché. Ils souhaitent se concentrer sur ce qui leur rapportera de l’argent et non plus sur ce qui ferait, forcément, plaisir à ses fans. Va-t-on assisté à un retournement de l’opinion si l’annonce d’un gros titre apparaît depuis le néant ? Peu probable. L’image de la firme est aujourd’hui très entachée.

 

Pour conclure : wait and see. Ce qui est certain, c’est que le géant américain est en train de se mettre à dos ceux qui ont fait sa réputation et son succès pour mieux aborder son marché. Cette stratégie a double tranchant pourrait rapporter gros tout en coûtant très cher.